Il n'est pire sourd que celui qui ne veut rien entendre.

 

Depuis l'origine de la destruction de l'usine AZF, je répète inlassablement la même explication. Le nitrate d'ammonium fabriqué dans cette usine, comme dans les autres, est employé partout dans le monde comme EXPLOSIF INDUSTRIEL dans les mines à ciel ouvert et les grandes carrières de matériaux.

Ce sont des millions de tirs individuels groupés pour former un plan de tir qui sont tirés chaque année pour débloquer des centaines de millions de tonnes de roche. Première observation ahurissante : on ergote, on ergote, on ergote sur ce  sujet, alors qu'il suffirait de 4 sacs de 25 kg de ce produit, de 10 litres de gasoil, d'un demi-bâton de dynamite, et d'un détonateur thermique  pour démontrer de façon imparable comment un malfaisant a provoqué instantanément la première explosion.

            Mais, cete si simple démonstration de la première explosion, PERSONNE N' EN VEUT.

            En laissant ergoter, élucubrer, des gens qui n'y connaissent rien, on noie le poisson !

C'est l'objectif recherché, et vous ne connaitrez jamais LA VERITE qu'on vous cache, prétendez-vous , alors qu'on vous la sert toute crue, simplement, et que vous n' en voulez pas.

 

            La méga-explosion que vous avez subie ensuite s'appelle chez les mineurs un COUP DE POUSSIER. Il y faut des coïncidences. D'abord projeter en l'air un volume important de poussières légèrement combustibles. Ce peuvent être des farines dans un moulin, des ergots de blé dans un silo, du charbon dans une mine, et à TOULOUSE,CE FUT QUOI ? de l'AMMONIAC contenu dans le nitrate, simplement.

Je ne vais pas recommencer à vous expliquer que l'ammoniac est combustible ! Revoyez vos fondamentaux. Ces poussières en l'air doivent être allumées par une étincelle. Elle fut provoquée par un court-circuit résiduel, ou peut-être par le fameux relai Buchholz  à bain d'huile, que certains ont vu partir avec regret dans les poubelles.

            Et 8 secondes après, la deuxième oméga-explosion a tué et ravagé.

 C'EST SIMPLE, NON, ET SI VOUS NE COMPRENEZ PAS, QUE VOUS DIRE DE PLUS  ?