Henri BRILET (pseudo), Raoul LETHUAIRE (patronyme).

Je vous ai, voilà une semaine expliqué une nouvelle fois, comment fonctionne le nitrate-fuel, et comment il a été utilisé EN PHASE 1, la première explosion. Monsieur MICHU a mis le nez à sa fenêtre, ouverte par bonheur ce jour serein d'Automne, en pensant "tiens, un avion a du tomber" et il a alors reçu en plein corps la seconde détonation   qui l'envoya voler au fond de son bureau secoué.

J'ai contacté pour raconter cette histoire vraie, des petits et des grands responsables.

-        Voilà une semaine, aucun  écho d'intérêt.

-        Voilà un mois, aucun écho d'intérêt.

-        Voilà un an, aucun écho d'intérêt.

-        Voilà douze ans, aucun d'intérêt.

Le vieux Directeur qui connut tant d'explosifs, dont le nitrate-fuel n'est pas trop surpris. Sa philosophie vient de loin. Il l'a raconté dans "L' INGENU QUI ROULA" (Editions Baudelaire). En ces temps lointains, il y eut pendant 5 ans, quarante millions d'otages, et si l'on pleurait beaucoup, on s'insurgeait peu, et l'on n'en parle plus; c'est un souvenir honteux.

J'ai longtemps quitté  cette France, J'y ai appris beaucoup de choses, dont l'utilisation des explosifs de mines, et je suis revenu, chez moi, pensant le pays devenu raisonnable et patriote. Non, c'est partie perdue. L'affaire AZF en est l'exemple type. Ceux qui pourraient se défendre, ou attaquer ont peur. Je leur apporte la seule explication technique, rationnelle et chronologique de l'attentat. Vous n'y opposez rien, personne ne relève le défi, et éventuellement ne m'aide. Personnellement, je ne souhaite pas reprendre le flambeau, mais je ne me déroberai pas, si je suis suivi, bien que j'aie passé l'âge des lourdes polémiques judiciaires, et l'affaire AZF en est une. Les médias puissants, sont curieusement silencieux. C'est une histoire si vieille qu'elle a fondu dans les mémoires, mais peut-être à l'anniversaire des 13 ans de destruction, pourrait 'on glisser une phase acerbe. Qui sait ?

Je continuerai ma pression sur cette affaire choquante, jusqu'à ce qu'elle soit reprise

               par un homme d'action, et d'entregent. Je vous remercie.

 

N.B. N'imaginez pas que "L'INGENU QUI ROULA" (Editions Baudelaire) soit une opération commerciale. Elle a coûté très cher, (>5.000€) et cette Edition est limitée.